chenillesFrelons

Depuis quelques années, des colonies de chenilles processionnaires du chêne et du pin ainsi que des frelons asiatiques ont envahi la région Île-de-France. Des espèces invasives auxquelles il faut accorder une vigilance particulière.

Les chenilles processionnaires, attention aux poils urticants !
Le retour des chenilles processionnaires est devenu un rituel au printemps, et avec celui-ci un risque pour la santé. Leurs poils très urticants peuvent provoquer des réactions graves chez certaines personnes (allergies pulmonaires, démangeaisons et irritation de la peau et des yeux). C’est au moment de leur descente au sol (de février à mai), qu’il est recommandé de ne pas les toucher. Il convient surtout de ne pas laisser les enfants jouer à proximité et de maintenir les animaux domestiques éloignés.

Des actions de prévention menées par la Ville
Afin de contenir leur prolifération, la Ville œuvre depuis quelques années à la mise en place de pièges dans les secteurs les plus à risque, en particulier les parcs publics et près des écoles... Le service Parcs et Jardins procède aussi à l’installation de nichoirs à mésange, féroce prédateur de ces insectes et de nichoirs à chauve-souris, prédateur des papillons de nuit (limitant ainsi leur reproduction). Pour sensibiliser les plus jeunes, des ateliers de créations de nichoirs sont régulièrement organisés dans les écoles. Chaque habitant peut aussi équiper son jardin de tels dispositifs pour aider à contenir cette espèce.

Les frelons asiatiques : repérons les nids
49% des nids de frelons sont situés en zone urbaine et peuvent contenir jusqu’à 6 000 individus. Même si le frelon asiatique n’est pas agressif envers l’homme lorsqu’il se déplace seul, il peut se montrer particulièrement dangereux lorsque les attaques sont collectives. Les mois de février et mars correspondent à la fin de l’hibernation, et une fois le nid primaire construit au début de la ponte des reines.

La destruction de nids subventionnée
La Ville subventionne la destruction de nids de frelons asiatiques. Sur le domaine public, les nids actifs sont systématiquement détruits. L’intervention est relativement coûteuse (entre 80 et 140 €), en fonction de la nécessité, ou non, d’utiliser une nacelle pour atteindre les nids. Sur le domaine privé, il est du ressort de chacun de signaler et faire détruire les nids. Au vu des enjeux de santé et de sécurité publiques, la ville a décidé d’attribuer une aide aux propriétaires ou locataires du lieu d’implantation du nid. La commune s’engage ainsi à prendre en charge jusqu'à 100€ sur le coût d'intervention

Lorsque le nid est situé sur une propriété privée, le particulier concerné doit prendre contact avec les services techniques : proximite.ville@mairie-orsay.fr  et par tél. 01 69 18 73 20.

Guide des herbes de trottoirs

GUIDE HERBES SAUVAGES COUV

Magazine

COUVERTURE MAG MAI WEB

ANNUAIRE DE LA VILLE

COUVERTURE ANNUAIRE 20 21