Forte de son histoire, Orsay dispose d’un riche patrimoine architectural datant de diverses époques. Certains monuments ou lieux peuvent se visiter librement, d'autres ne sont accessibles qu'à certaines occasions (journées du patrimoine, visites guidées), d'autres encore ne peuvent être vus que de l'extérieur.


ÉGLISE SAINT-MARTIN-SAINT-LAURENT :

Fondée en 1151, l'Eglise d'Orsay a subi depuis de nombreux remaniements.

eglise saint martin

Elle dispose d’un chœur et d’un clocher, partie la plus ancienne, de style gothique. La nef, de style néoromantique, a pour sa part été reconstruite à la suite d'un incendie au XVIIe siècle. La façade a, quant à elle, été rebâtie au XVIIIe siècle par Pierre ­Gaspard-Marie Grimod, comte d'Orsay, dans le style néo-classique avec son fronton et ses pilastres.


LA GRANDE BOUVÊCHE :

jourdelanuit2017 observation Bouveche

Manoir formé de deux tours médiévales, la Grande Bouvêche est aujourd'hui le seul vestige du château d'Orsay qui ait résisté à la tourmente révolutionnaire. Construit au début du XVe siècle, son domaine s'étendait sur une vaste superficie, allant de l'église au cimetière et de l'Yvette à la rue de Paris. Le château s'élevait dans le parc municipal, aujourd'hui appelé parc Charles Boucher.


LE TEMPLE DE LA GLOIRE :

Le Temple de la Gloire est un édifice construit en 1799 avec les matériaux issus de la démolition partielle du Château d’Orsay.

le temple de la gloire

Cette construction originale fut notamment la propriété du général Moreau, général bonapartiste connu pour avoir été vainqueur des Autrichiens le 3 décembre 1800 avant de comploter contre l’Empereur puis d’être envoyé en exil. L’architecte du Temple de la Gloire est Pierre Vignon, architecte de la Madeleine, à l’image d’un temple palladien. Cet édifice est aujourd’hui une demeure privée accessible uniquement à l’occasion des Journées européennes du patrimoine.


LA VILLA GALLO-ROMAINE DE MOULON :

Les vestiges d’un bâtiment gallo-romain ont été découverts à l’occasion de fouilles en 1992 et 1993 sur le lieu-dit de La Mare Champtier.

villa gallosromaine Place Hubert Coudane mai 2022 Moulon Carlos Ayesta 4

Cette villa gallo-romaine aurait été construite au début du IIe siècle après J.C. puis abandonnée à la fin du IIIe siècle.

Profitez de la description audio du monument


LE DOMAINE DE LA PACATERIE :

Le « Château de la Pacaterie », situé rue Charles de Gaulle, est une ancienne ferme fortifiée.

PACATERIE

Attenante à une résidence universitaire du même nom, ce bâtiment fait aujourd’hui partie du paysage urbain de la ville. Ancienne propriété des « Grimod Dufort », seigneur d’Orsay, le domaine a connu bien des vicissitudes depuis la révolution de 1789 et sa vente comme bien national. Acquis par la ville d’Orsay en 1973, elle est toujours aujourd’hui une propriété communale.


LES TROIS CHÂTEAUX D'ORSAY :

Depuis le Moyen Âge, Orsay a possédé trois châteaux. Le principal était la demeure du Seigneur d’Orsay et était situé près de l’église. Les deux autres, celui de Corbeville et celui de Launay étaient excentrés par rapport au village. Au cours des siècles ces trois châteaux ont connu des destins très différents.

CHATEAU DE CORBEVILLEChateau de Corbeville

Edifié sur les terres d’un ancien prieuré au XVIIe siècle, le château de Launay est devenu depuis 1955 une propriété de l’Université Paris-Sud.

Construit en 1520 comme résidence de plaisance, le château de Corbeville fut notamment fréquenté en 1675 par le célèbre mathématicien et physicien Blaise Pascal. Après plusieurs changements successifs de propriétaires, le château fut vendu comme bien national durant la Révolution puis saccagé par les Prussiens en 1870. Il est devenu par la suite la propriété de l’entreprise CSF qui deviendra Thomson CSF puis Thalès et qui y installera un Centre de Recherche.

chateau de launayChateau de Launay

Du château d’Orsay, il ne demeure que quelques vestiges. Edifié au XIVe siècle durant la guerre de Cent ans, le château fut confisqué et vendu comme bien national durant la Révolution. Il ne reste plus aujourd’hui qu’une aile du bâtiment ainsi qu’une partie résiduelle du parc.

 

EN SAVOIR PLUS :
Consultez le site du Comité d’Histoire Locale d’Orsay et des Environs : cliquez ici.  

PLUS DE MILLE ANS D'HISTOIRE POUR ORSAY

Le blason


999 : Hugues Capet meurt. Guerre pour le trône de France entre les Capétiens et le comte de Blois.

Première mention du nom d'Orsay : Victoire du comte BOUCHARD de Corbeil fidèle au roi contre le comte de Blois.

« In campum villulae cujus nomen Orceiacus »
« Dans la plaine d'un petit village nommé Orsay »


1050-1270 : 2 siècles religieux. Prieuré de Longpont fondé en 1050 par les bénédictins de Cluny. 8 croisades entre 1096 et 1270. 1270 : Saint-Louis meurt.

En 1080 : l'Évêque de Paris, Geoffroy de Boulogne, donne aux moines de Longpont « l'autel et ce qui dépend de l'autel de la ville nommée Orceacus, autel consacré en l'honneur de Saint Martin », entre autres le droit de percevoir la dîme. Les moines ont ouvert une maladrerie (pour les lépreux) à la limite d'Orsay. Entre 1270 et 1300, les moines de l'abbaye sainte Catherine du val des Écoliers de Paris achètent le moulin de Launay et le four banal d'Orsay.


Guerre de Cent ans entre France et Angleterre pour le trône de France de 1337 à 1453. Le roi d'Angleterre Édouard III, petit fils par sa mère du roi de France Philippe le Bel réclame le trône au roi Philippe VI de Valois, neveu de Philippe le Bel. Sacre de Charles VI en 1429 à Reims, en présence de Jeanne d’Arc.

Construction du château d'Orsay par la famille RAGUIER vers 1400. Par suite du mariage entre Gillette RAGUIER et Bureau BOUCHER, la seigneurie d’Orsay passe à la dynastie des BOUCHER qui possède aussi les fermes de la Bouvêche. Siège au château d’Orsay par les Bourguignons alliés aux anglais, prise en 1418, restitution du château moyennant la somme de 500 livres, puis siège par les Anglais pendant 6 semaines en 1423, prise et pardon accordé aux Bourgeois amenés devant le duc de Bedford corde au cou. Orsay sort exsangue de cette période avec la peste noire à la fin du 14e siècle puis la guerre de Cent ans. Ses habitants ont fui. Il reste 5 familles et 25 habitants en 1450.

CHATEAUORSAYConstruction du chateau d'Orsay.


1562-1594 : guerres de religion, les années terribles, catholiques contre réformés, massacre des protestants à la Saint-Barthélemy en 1572.

Dès 1562, pillage par les troupes du prince de Condé acquis à la Réforme. Blocus par les armées royales de Henri III qui fut assassiné en 1589, puis d’Henri IV autour de Paris tenu par les Ligueurs. Église d’Orsay dévastée. Apparition des loups. Puis en 1594, Charles BOUCHER, ancien prévôt des marchands de Paris, obtient d’Henri IV la sauvegarde d’Orsay en échange de sa neutralité.


1610 : Henrl IV assassiné. Luttes entre catholiques et protestants. Louis XIII roi à 9 ans.

En 1617, Pierre BOUCHER, fils de Charles, obtient du roi Louis XIII des « lettres de sauvegarde » interdisant aux gens de guerre de loger ou réquisitionner à Orsay.


Mort de Louis XIII en 1643. Louis XIV roi à 5 ans, la Fronde de 1648 à 1652.

Années d'horreur dans le Hurepoix : guerre d'Étampes, exactions par l'armée royale. L’église d'Orsay est incendiée (1652). La veuve de Charles BOUCHER fils verse 200 louis d'or pour arrêter le pillage et se débarrasser des gens de guerre.


Louis XIV roi de 1643 à 1715. Unité du royaume. Siècle des Lumières.

En 1700, Charles BOUCHER petit-fils est élu prévôt des marchands de Paris et en 1707, le quai de la Grenouillère rénové est nommé « le quai d'Orsay » en hommage au prévôt par arrêt du conseil d'État du Roi.


Louis XV roi à 5 ans (1715-1774). 1768 : Corse française puis Louis XVI roi à 20 ans (1774-1792).

Le château d'Orsay est acheté en 1741 par Pierre GRIMOD DU FORT, fermier général, intendant des postes et homme de confiance du roi. Il remodèle la ville avec un souci d'urbanisme et, après sa mort en 1748, son fils Pierre Gaspard poursuit son œuvre. Devenu comte d'Orsay en 1770, et veuf, il se remarie en 1784 à une princesse allemande, quitte la France en 1787, il est considéré comme émigré à la révolution et ses biens sont confisqués jusqu'à l'amnistie par Bonaparte en 1802.


La Révolution sous la monarchie (1789-1792).

1789 : réunion des États Généraux. 14 juillet : prise de la Bastille, prison de la monarchie. 4 août 1789 : abolition des privilèges. Janvier 1790 : création des départements. Cahier de doléances des habitants d'Orsay en 1789.

1790 : naissance de la commune d'Orsay rattachée au district de Palaiseau, département de Seine et Oise. Première élection municipale : 62 votants « citoyens actifs ». Premier maire : Jean-Mathias FORST (janvier 1790 - Novembre 1791) et 19 élus. lnventaire des propriétés en 6 sections : BelAir, Courtabæuf, Mondétour, La Rue, Launay, Corbeville. Élection de la Garde Nationale d'Orsay, de 140 hommes, commandée par Charles DESJOBERT, propriétaire du château de Launay.

Juin 1791 : fuite du roi à Varennes. Septembre 1791 : mise en place de la monarchie constitutionnelle. Août 1792 : abolition de la royauté. Proclamation solennelle à Orsay le 2 octobre 1791 de la loi constitutionnelle de l’Empire Français pour la nation, la loi et le roi. Changement du corps municipal. Maire : Pierre Antoine FIALON, artisan maçon (novembre 1791 - décembre 1792). Mai : la commune transforme l'école paroissiale en école communale, laïque et républicaine, gratuite pour tous les enfants de la commune de 5 à 15 ans, mais non obligatoire, et paye le maître.

laiterieLaiterie ambulante dans les rues d'Orsay.


Première République (1792-1804).

22 Septembre 1792 : proclamation de la République. 21 Janvier 1793 : Exécution du roi Louis XVI.

14 octobre 1792 : serment du Conseil Général de la commune d'Orsay « d'être fidèle à la nation, de maintenir la liberté et l'égalité ou de mourir à leur poste ». Élection d'un nouveau maire Pierre ROGER (décembre 1792 - janvier 1794). Avril 1793 : premier comité de salut Public. Levée de volontaires (tirage au sort). Réquisition de matériel. Vente des biens d'Église. Atelier de récolte et traitement du salpêtre pour faire de la poudre. Autorisation d'un marché au blé tous les samedis et de 2 foires par an.

1794 : La terreur. Destitution du Conseil de la commune par le district de Versailles. Désignation sans élection des nouveaux édiles : maire Pierre Antoine FIALON - serment à Versailles (janvier 1794 - mai 1803). Juillet - Élection de la première institutrice pour l'école des filles.

1795 - 1799 : Directoire. 1799 - 1804 : Consulat. Napoléon Bonaparte 1er Consul. 1804 : Empire et fin de la première république. Second Empire (1804 - 1870).

1798 : Le château d'Orsay est vendu comme « bien national » et démoli. 1800 : Construction du Temple de la Gloire, à la gloire du général Moreau, par sa belle-mère, sur une parcelle des anciens biens des seigneurs d’Orsay. Le général Moreau est condamné à l'exil en 1804 et le temple est alors vendu au Corse Arrighi de Casanova, futur duc de Padoue.

le temple de la gloireLe temple de la Gloire.


Le Premier Empire, la Restauration, la Deuxième République (1804-1870).

1804 : Napoléon sacré empereur. Avril 1814 : abdication de l'empereur Napoléon. Adieux de Fontainebleau. Maire : Louis Charles Felix DESJOBERT (mai 1803 - juillet 1813), propriétaire du château de Launay, puis retour de Pierre Antoine FIALON (juillet 1813 - janvier 1815).

1814 : Louis XVIII roi - frère de Louis XVI. Restauration de la monarchie. Pour les élus : « serment devant Dieu de garder obéissance et fidélité au roi ». Nouveau maire : Jean-Baptiste Henri EMPEREUR (janvier 1815 - mai 1815).

Mars 1815 : les Cent Jours. Retour de Napoléon. Nouveau maire Pierre Nicolas FRICOT (14 mai 1815 - 14 juillet 1815 soit 2 mois). Serment « d'obéissance aux institutions de l'empire et de fidélité à l'empereur ».

Juillet 1815 : retour de la royauté. Louis XVIII (1814 - 1824) puis Charles X (1824 - 1830) frère de Louis XVIII. Retour du maire Jean-Baptiste EMPEREUR (juillet 1815 - septembre 1830). Serment de « fidélité au roi, obéissance à !a charte constitutionnelle et aux lois du royaume ».


1830 : révolution de Juillet, dite « Les Trois Glorieuses » puis 1830-1848 : Louis-Philippe, roi.

Progrès sociaux pour la ville : le legs Archangé (1832) donne à la commune, propriétés et fonds pour créer un hospice dirigé par des religieuses et une école pour les pauvres et pour doter une rosière (la première en 1836). Application de la loi GUIZOT (1833). Obligation d'entretenir une école primaire et de payer l'instituteur selon le nombre d'élèves (école non obligatoire). Achat par la commune des terrains du centre où sera construite la mairie (1835). Curage des canaux (1832) et mesures sanitaires dans la ville efficaces contre l'épidémie de choléra. Comblement du canal en 1840 sauf les lacs d’extrémité (lac du Mail et lac du Temple de la Gloire).


1848 : révolution - Deuxième République. 1848-1851 : Charles Louis Napoléon Bonaparte président de la République. 1851 : Coup d'État. Dissolution de l'Assemblée Nationale. Louis Napoléon Bonaparte, chef du pouvoir exécutif. 1852 : plébiscite. Napoléon III empereur. 1870 : guerre entre la France et l'Empire allemand.

Mesures sociales : contrôle officiel de I'exploitation des trois carrières de grès, notamment pour la sécurité (carrières fermées ensuite vers 1860 au clos des Meuriers, en 1937 à la Troche et en 1960 au Bois Persan). En 1864, suite à la promulgation du droit de coalition et de se syndiquer, création à Orsay d'une société de secours mutuel et du syndicat des carriers. Création de l'asile Dubreuil, extension de l'hospice, accueillant des enfants pauvres en bas âge grâce au legs de 1862 de Dubreuil, neveu d'Archangé.

Progrès technique : transport et éclairage. 1854 : juillet - inauguration de la prolongation de la ligne de Sceaux (ouverte en 1846) de Bourg la Reine à Orsay-Planches avec voie unique et raquette tournante aux Planches - Transport chaque jour aux Halles de Paris des fraises et produits maraîchers et transport des pavés de grès. Puis en 1867, prolongation de la ligne de Sceaux jusqu'à Limours et gare des Planches déplacée à Orsay-Ville arc construction du viaduc sur l’Yvette. Trajet Orsay-Paris en 52 minutes. Migrations quotidiennes pour le travail. 1861 : financement de réverbères à huile pour éclairer les rues. 

Ville : maison Meignen construite sur l'emplacement de l'ancien château d'Orsay.


La Troisième République (1870-1940).

1870 : capitulation de Napoléon III. Troisième République. Gouvernement de la Défense Nationale puis en 1871 : Assemblée Nationale. C'est « La Belle Époque ». 1881-1882 : loi Jules FERRY. École gratuite, obligatoire et laïque. 1905 : politique de laïcité de l'État. Loi de séparation des Églises et de l’État.

Évolution sociale : construction en 1873 de l'actuelle mairie avec 2 salles de classe. 87 garçons + 47 filles + 45 enfants de l'asile Dubreuil. En 1878 : legs BOURSIER : 2 maisons + 10 000 F et legs de Mme COURTÉPÉE pour la création de l'orphelinat Sainte-Suzanne. En 1881 : loi Jules FERRY. École primaire obligatoire gratuite de 6 à 13 ans. Laïcisation des programmes et des locaux. Entre 1881 et 1893, développement de l’hôpital avec 4 nouvelles salles, puis 2ème étage en 1898 et salle d'opération en 1904. En 1906 : interdiction de gestion de la crèche Saint-Charles par les sœurs franciscaines suite à la loi de 1905.

Mesures d'urbanisme : contrat commune/société des eaux d'Orsay en 1875 et prise d'eau au lieu-dit « Les Hucheries ». Éclairage au gaz remplaçant en 1881 l'éclairage à l'huile dans les rues. Création du lotissement de Madagascar en 1898. Installation des égouts en 1902. Création du nouveau cimetière en 1909. Transports : prolongation du rail jusqu'à Luxembourg (1895) et ouverture en 1901 de la gare du Guichet.

Ville : en 1906, achat du château de Launay par Maurice BUNAU-VARILLA. En 1901, Orsay compte 1850 habitants, dont 169 journaliers (H + F), 118 artisans et commerçants, 54 cultivateurs, 41 jardiniers, 30 carriers, 34 rentiers, 7 étudiants.


1914-1918 : la Grande Guerre. 1918-1939 : entre deux guerres. 1936 : front populaire.

88 morts sur 2400 habitants. Souvenir par les rues Verdun, Maréchal Foch, Maréchal Joffre, Georges Clémenceau.

Poursuite de l'aménagement de la ville : création du lotissement de Mondétour en 1924. Mise en exploitation en 1930 de la ligne de chemin de fer Massy - Palaiseau - Chartres, via Orsay à voie unique (désaffectée en 1940), passant sur le viaduc de Mondétour, avec une gare Orsay-État, différente d'Orsay-Ville (ligne de Sceaux). Forage du puits artésien en 1931 (eau trouvée à -535 mètres jaillissant à 31,4°C).

ecoles ORSAY 1931L'hotel de ville et les écoles d'Orsay en 1931.

Mesures sociales : création de l'Yvette sportive en 1925, futur Club Athlétique d'Orsay (CAO). Inauguration des nouveaux locaux de l’hôpital en 1933. Gratuité des repas de la cantine pour les enfants de chômeurs en 1934. 1935 : élection du député local communiste Jean DUCLOS. 1936 : grève des ouvriers caniers. 1937 : ouverture d'une auberge de jeunesse au 1 rue de Verdun. Construction du marché couvert. Fermeture de la carrière de grès de La Troche.

Progrès technique : 1938, électrification de la ligne de Sceaux. Trajet passé de 52 mn à 29 mn.

1939 : 2ème guerre mondiale. Mai 1940 : invasion allemande. 18 juin 1940 : de Londres, appel du général de Gaulle à la résistance. Juillet 1940 : état Français déclaré par Pétain. En 1941, arrestation de René PAILLOLE résistant mort en déportation à Auschwitz en 1942. Mort de Louis SCOCARD en 1944 au Moulon dans un combat avec les Allemands. Orsay compte alors 5200 habitants.


Une évolution rapide la Quatrième et la Cinquième République (1944-1969).

1944 : libération de la France. Gouvernement provisoire de la République Française. 1946 : quatrième République. Présidents de la République : Vincent AURIOL (1947 - 1954), René COTY (1954 - 1958).

Période d'installation des organismes collectifs : 1946, achat du château de Corbeville par la Compagnie des Compteurs, puis en 1955 par la CSF. 1949 : achat par les Franciscains de la Clarté-Dieu pour installer un séminaire et un lieu de retraite (séminaire inauguré en 1956, fermé en 1969). 1951 : installation du CEA à Saclay et construction de la résidence du CEA. 1955 : acquisition du terrain de Launay par l'université de Paris par Déclaration d'Utilité Publique avec avis favorable du Conseil Municipal d'Orsay. 1957 : ouverture des laboratoires de Physique Nucléaire et en 1958 arrivée des premiers étudiants de premier cycle à l'annexe de l'université de Paris. 1955 : service hospitalier Frédéric Joliot du CEA créé sur terrain de l’hôpital (bail emphytéotique de 99 ans) assurant recherche et soins hospitaliers.

Afflux de population et nouveaux équipements collectifs communaux : 1944-1946, création de l'Association des Familles puis de l'Amicale Scolaire d'Orsay. 1953 : installation de la maternité Archangé par l'hôpital (clinique rachetée). 1954 : ouverture de 1 puis 4 terrains de football au stade municipal. 1955 : construction de la résidence d'Orsay (au Guichet). 1955 : école de Mondétour. 1957 : école maternelle du Guichet et groupe scolaire du Centre.

1958 : cinquième République. Présidents de la République : Charles DE GAULLE (1958-1969), Georges POMPIDOU (1969-1974), Valéry GISCARD D'ESTAING (1974-1981), François MITTERRAND (1981-1995), Jacques CHIRAC (1995-2007). 1964 : création du département de l'Essonne et du Conseil Général de l’Essonne.

1960 : création de la ZUP de Bures-Orsay (Zone à Urbaniser par Priorité) et arrêt d'exploitation de la carrière du Bois Persan. 1964 : création du DUBO - District Urbain de Bures-Orsay. Ouverture de divers établissements scolaires, sportifs et sociaux. 1964 : lycée Blaise Pascal. 1965 : école primaire du guichet. 1967 : gymnase de Mondétour. 1968 : crèche collective du Centre et Piscine. 1969 : CES Alain Fournier - CES Fleming. 1971 : CES Mondétour.

Évolution de I’Université (1965-1970).

1965 : autonomie de la faculté des sciences d'Orsay 1965 à 1967 : résidences universitaires de la Pacaterie puis de Fleming. 1966 : ouverture de l'Institut Universitaire de Technologie. Installation de l'Institut d'Optique avec l'École Supérieure d'Optique. 1970 : création de l'Université de Paris-Sud pluridisciplinaire regroupant 7 centres. A Orsay, l'Université, le CNRS et divers instituts accueillent 15000 personnes.

Maintien du patrimoine

Achat par la commune de la Maison Renson-Meignen (1954), de la Pacaterie (1974), de la Grande Bouvêche (1985). Souci de protection de l'environnement : achat des bois par la commune. 1969 : Bois Persan, 1974 : Grille Noire, 1977 : Sainte-Catherine, puis convention de gestion avec I'ONF et l'Agence des Espaces Verts (1981-1983).

Urbanisme : 1971, ouverture de l'autoroute F 18 devenue Nationale 118.

Vie sociale : 1973, jumelage officiel Orsay-Kempen et 1980 : jumelage Ely Orsay. 1975 : ouverture de la Résidence pour personnes âgées Saint-Laurent. 1976 : référendum - Résultat : création d'une troisième commune - Les Ulis.

Sous-catégories

Magazine

ANNUAIRE DE LA VILLE

couv annuaire2021.22

Carnet de saison culturelle

COUVERTURE carnet2022

Guide des herbes de trottoirs

GUIDE HERBES SAUVAGES COUV